Guinness II

Guinness II est une locomotive inspirée des fameuses machines pour voies étroites fabriquées par l’anglais Stewart Browne dans les années 1870. A l’origine, la machine réelle desservait la vallée de Reidhol au Pays de Galles.

 

LA GUINNESS II
de VAPEUR45

Une 120 chauffée au charbon!

Ses caractéristiques

Echelle: 1/22, écartement 45 mm. Type 120 avec bissel et châssis extérieur.

Le moteur :

Il est alésé au diamètre 16 mm dans un bloc carré. Sa course de 16mm lui donne 6,4 cm3 de cylindrée. Disposé entre les longerons, c’est un mono cylindre à double effet et tiroir plan. Le système d’excentrique est du type “slip”. Il comporte un système de purge à commande manuelle à partir de l’abri. Le graissage est du type à déplacement, le réservoir d’huile étant situé sous le tablier arrière.

La chaudière:

Elle comporte deux soupapes tarées respectivement à 3 bar et 3,5 bar. Elle est équipée d’un niveau d’eau. Les bâches à eau sont factices, la réserve se trouvant dans le tender. Le sifflet est disposé dans la cabine Le tender est à deux essieux dont l’un entraîne une pompe à eau alternative.

Le prototype achevé laisse augurer de la réussite du projet

Organisation du projet

Le prototype est mis en oeuvre par Robert Rochart conjointement avec la réalisation des plans. Ces derniers sont réalisés sur le logiciel "Pro ENGINEER Student édition" qui permet d'obtenir les dessins de définition de chaque élément et les vues en 3D des différents assemblages avec une qualité exceptionnelle. Suivant un principe déjà appliqué à la fabrication des locomotives "Sarthe", les six participants au projet ont choisi de fabriquer ensemble les sept machines. Le groupe est constitué de personnes dont les compétences en usinage sont variables. Alors, les plus chevronnés prennent en compte les éléments les plus délicats à réaliser , comme les moteurs par exemple. Cependant, ils ont en permanence le souci de la formation des autres, et les associent aux opérations de fabrication les plus compliquées. Les séances de fabrication font souvent l'objet de discussions et d'échanges enrichissants à propos du choix des procédés d'usinage.

Fabrication du châssis

Il est constitué par deux longerons parallèles reliées entre eux par des entretoises.

Les longerons sont en tôle d'acier de 1,5 mm d'épaisseur.

Les traverses sont découpées dans du profilé de laiton carré de 7 mm.

L'assemblage de ces éléments est réalisé par des vis traversant les longerons pour se visser dans les taraudages des traverses

Extrait du plan réalisé par Robert Rochart

Fabrication des longerons: Ils sont assemblés par deux, puis tracés et percés ensemble afin d' obtenir des pièces identiques. Le perçage des trous de passage des paliers d'essieux est réalisé à la fraiseuse pour obtenir une précision suffisante de l'entr'axe

Traçage des longerons

Les traverses sont mises à longueur à la fraiseuse, ceci pour obtenir, d'une part une dimension précise qui est nécessaire au parallélisme des deux longerons, et d'autre part un état de surface permettant un bon serrage évitant une déformation inopinée du châssis.

Finition des entretoises

Sur la photo, les châssis sont terminés. Les essieux de l'un d'eux sont déjà montés: leur réalisation a servi à l'étude de la fabrication des vingt quatre autres, dont nous reparlerons dans la fiche n° 3

Les châssis terminés