Une belle rencontre : Vapeur 45

Une belle rencontre : Vapeur 45

De sortie  un dimanche matin de 2012 à une bourse aux collections à Villeneuve d’Ascq, j’étais en train (oui c’est un signe) de flâner entre les différents exposants lorsque mon fils me dit : « Viens voir papa, il y a des gens qui font tourner des trains » car il sait que j’aime ça. J’y vais donc m’attendant encore à voir tourner de sempiternels  HO animés par des personnes  qui, malgré leur réel savoir faire, arrivent souvent à rendre barbant ce hobby à grand renfort de déjà vu.

Et là …… Surprises !!!

- Ce n’est pas du HO mais de la voie de 45.
- Ce sont, non pas des locos électriques, mais des « vraies » qui tournent vraiment à la vapeur.
- Elles n’ont pas été achetées dans le commerce, les personnes présentent les ont réalisées elles même de A à Z. au sein d’une association : vapeur 45.   

En discutant avec eux, je me rends tout de suite compte que ce sont des passionnés, très sympas et ouverts et me disent qu’il est possible de les rejoindre pour pouvoir également fabriquer avec eux des modèles. C’est un rêve mais très vite je me dis que ce n’est pas pour moi car, hormis le fait que je n’ai pas beaucoup de temps à consacrer à une nouvelle activité, il y a un problème plus immédiat : Je ne suis pas bricoleur pour 2 sous. C’est limite si je sais dans quel sens on tient un tournevis. Le bricolage, je suis croyant mais pas pratiquant ! Mais tout de suite, ils me rassurent,   «  ce n’est pas dur, il suffit juste de tourner des manivelles et de savoir compter » Et ils avaient « presque » raison !

Me voilà donc un samedi après midi à la maison de quartier Pasteur à Villeneuve d’Ascq pour faire la connaissance de tous les membres. Très vite intégré, cela deviendra très rapidement des après midi  très enrichissants de part les discussions que nous avons et la formation qu’ils me donnent et je me sens très rapidement un membre à part entière. La première chose que je vais apprendre à faire sera, pour débuter, de réaliser une vis et un écrou afin de me familiariser  avec le matériel. A la fin de cet  après midi  j’ai pu brandir fièrement cette vis et cet écrou devant moi et l’on peut dire que cette levée d’écrou fut pour moi une libération. J’étais donc prêt pour …

La construction de ma Sarthe : 

Je ne vais pas reprendre ici les différentes étapes qui sont très bien décrites sur notre site internet (Notice_Sarthe) mais essayer plutôt de commenter des moments forts de ma construction agrémentée de photos 

1/  La chaudière

 

Première étape qui m’a permis de savoir : tracer, couper, percer, plier, tarauder, fileter  tourner scier… le tout sans me blesser ce qui est sûrement là mon plus grand exploit

2/ les châssis et les roues. Vint ensuite le châssis avec cette fois ci la découverte du fraisage
 (Nouvelle découverte, pas besoin de sucrer les fraises, un peu d’huile suffit !)

Puis les roues  

Ainsi que diverses autres pièces laissant déjà présager la réalisation finale... 

4/ Le moteurNon, ce n’est pas un fer à repasser à roulettes !

Il était temps pour moi maintenant de mettre en œuvre toutes les connaissances acquises. Mais ici plus de place pour de légères approximations car voici venir les éléments de mon moteur.

 Environ 4 mois m’ont été nécessaires pour réaliser ces pièces (le temps de faire les bonnes pièces et d’en rater autant) mais quelle joie lors des premiers tests à l’air comprimé.

5/ Voici maintenant quelques photos de l’avancement. Tout d’abord quelques « bons »  tuyaux  pour maintenir la pression. 

Une drôle de machine.

Pour à l’arrivée …  des rivets.

Un dernier regard sous les jupes.

Un peu de montage et d’habillage.

Et de cosmétique. 

Pour le  résultat final. 

Si cette expérience très enrichissante vous tente, vous êtes les bienvenus au sein de notre association.

Frédérik.