Automotrice Z209

Fourgon automoteur z209 (électrique) sur truck à 2 essieux du chemin de fer Saint Gervais - Chamonix

Fourgon automoteur sur truck à 2 essieux du Chemin de Fer de St Gervais à Chamonix


 


Type : Z 209 (PLM EDf 209)
Ecartement : 45mm
Echelle : 1/22,5

Dimensions:

Longeur : 382mm
Largeur : 111mm
Hauteur : 149mm
Masse  
Diamètre des roues : 36mm
Motorisation : Electricité

Alimentation :

par la voie, frotteurs type LGB
Embarquée

Moteur

Buehler Products Inc. U.S.A
Tension : 12V DC
Ampérage
Accessoires : Commande automatique des feux avants et arrières
Particularité : Réalisation en époxy circuit imprimé

Conception et réalisation de la maquette par Robert Taymans


MATERIEL REEL

Type : Z 209
Constructeur : Buire CEM
Mise en service : 1902
Ecartement : 1000 mm

Dimensions :

Longueur hors tout : 10,15 m
Largeur hors tout : 2,5 m
Hauteur totale : 3,35 m
Empattement : 3,5 m
Tare : 21 tonnes
Charge utile : 5 tonnes
Motorisation : Electricité
Tension : 600 volts
Puissance 80Kw / 110CV
Alimentation : par rail latéral
Vitesse maximale : 35km/h
Aménagement : Fourgon avec poste de conduite

Ce matériel fait partie de la collection du Musée du Chemin de Fer de Mulhouse

La concession de la ligne Saint-Gervais - Vallorcine fut octroyée à la Compagnie des Chemins de Fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) par le ministère des travaux publics le 3 juillet 1893. Les ingénieurs firent le choix d'un chemin de fer à traction électrique (la prise de courant se faisant par un rail conducteur disposé au côté de la voie, voir la partie consacrée à l'infrastructure) alimenté par des centrales hydroélectriques qui seraient gérées par le PLM


1899 - 1908 : la construction de la ligne

Les travaux commencèrent en juin 1899. Les travaux les plus gigantesques concernèrent l'édification des deux centrales électriques de Servoz et des Chavants, ainsi que du viaduc Sainte-Marie, qui traverse la vallée de part en part, un peu en aval des Houches. Le rail conducteur était posé au même rythme que les autres rails, de sorte que le chantier était ravitaillé par des trains électriques circulant sur la voie fraîchement posée. L'alimentation était effectuée en 580 V.

Les premiers essais se déroulèrent en janvier 1901 entre Saint-Gervais et Chedde, ainsi que des essais de freinage et de redémarrage en pente. Tout se passa à merveille.

Le premier tronçon, Saint-Gervais - Chamonix, fut officiellement livré le 12 juillet 1901, date à laquelle un train spécial transporta en grande pompe les responsables du PLM de Saint-Gervais à Chamonix. L'ouverture au public de ce tronçon eut lieu le 25 juillet 1901. Un immense succès commercial s'ensuivit immédiatement.

 

Le deuxième tronçon fut inauguré le 25 juillet 1906: il reliait Chamonix à Argentière. Un mois plus tard, une ligne techniquement semblable fut inaugurée du côté suisse, reliant Martigny au Châtelard (ligne MC). La liaison des deux lignes fut alors envisagée.

L'obstacle majeur à la liaison vers la Suisse était le col des Montets, barrant le passage. Il était bien entendu hors de question de faire passer le train par le col lui-même, aussi fut-il envisagé de le percer par un tunnel. Celui-ci mesure 1883m, et son percement fut achevé le 1er novembre 1907 à 3 heures du matin.

Le dernier tronçon, Argentière-Vallorcine-Le Châtelard, fut inauguré le 1er juillet 1908.

Le PLM exploita la ligne avec un grand nombre de véhicules (191), dont 164 étaient moteurs, et seulement 27 devaient être remorqués. Ces années furent les plus rentables de toute l'histoire de ce chemin de fer.